Et plus encore

Docteur, suis-je normal ? Est-ce normal si... ?

Madeleine Gérardin

Nous avons tous besoin de références, de normes pour pouvoir se situer, se positionner par rapport à nos voisins. Plus que dans tout autre domaine la question de la normalité en matière de sexualité est souvent évoquée, principalement par rapport à ce qui se fait, devrait se faire ou ne se fait pas. 

Nous disposons depuis 2008 des résultats d’une importante enquête épidémiologique, réalisée dans la population française par l’INSERM1 (donc sérieuse). Cette enquête, décrit les comportements sexuels d’un peu plus de 12 000 français, hommes et femmes, âgés de 18 à 69 ans. Elle peut donc faire objet de référence en matière de comportements sexuels français.

Quelles sont les questions concernant la sexualité dite « normale » qui sont le plus souvent posées au sexologue

À quel âge ?

            Certains jeunes s’inquiètent, ils craignent d’avoir trop attendu ou d’avoir été trop précoce, ils pensent que cela peut avoir des conséquences sur leur sexualité future. En fait, l’âge moyen du premier rapport sexuel se situe à près de 18 ans pour les femmes et 17 ans pour les hommes, mais ce qui compte, ce n’est pas l’âge, c’est surtout la manière dont va se dérouler cette entrée dans la sexualité. Parfois, il vaut mieux savoir attendre que de se précipiter sur la première occasion possible !

À quelle fréquence ?

            Quelle est la bonne fréquence ? Faut-il faire l’amour tous les jours ? Tous les 2 jours ? Une ou deux fois par semaine ? Quelle est la norme ?

Bien sur vous vous en doutez, il n’y a pas de norme ! La bonne fréquence est celle qui apporte au couple bien être et équilibre et qui est satisfaisante pour les deux partenaires. Certains couples sont très satisfaits de leur sexualité en faisant l’amour une fois par mois, d’autres ce sera deux fois par semaine, ou bien encore tous les jours, voire plusieurs fois par jour pour certains et c’est très bien ainsi !

            Il y a problème lorsque les deux partenaires ne sont pas en harmonie, c’est à dire, lorsque l’un a plus souvent envie que l’autre (c’est souvent l’homme qui est plus demandeur que la femme, mais la situation inverse existe aussi) ou si l’un n’exprime pratiquement jamais son désir. Ce déséquilibre entre les deux partenaires va entrainer incompréhension, frustration et souffrance qui peuvent avoir des conséquences négatives sur l’entente et la relation de couple.

            Selon l’enquête de l’INSERM, La fréquence des rapports à tendance à diminuer avec l’âge, elle diminue de moitié entre 18-19 ans et 55 – 69 ans passant d’un peu plus de 12 rapports par mois (soit 3 par semaine) à environ 6 (soit 1,5 par semaine). La moyenne nationale toutes tranches d’âge confondues se situe à environ 9 rapports par mois soit à peine plus de 2 par semaine. Ce chiffre moyen semble être assez constant puisque une autre enquête réalisée en 1992 montrait déjà ce même résultat2.

Quelle est la durée « normale » d’un rapport sexuel ?

            La moyenne, se situe aux alentours de 30 minutes même si bien sur, ce temps est un peu plus long pour les plus jeunes, 18 – 24 ans (38 minutes) et un peu plus court pour les plus âgés, 55 – 69 ans (20 minutes). La durée médiane, tout âge confondu,  est de 20 minutes c’est à dire que 50% des rapports sexuels durent 20 minutes et il y a 31% des rapports qui durent moins de 15 minutes.

            Ces chiffres concernent la durée du rapport sexuel et non la durée moyenne de pénétration qui est bien plus courte.

Quelles sont les positions les plus fréquentes ?

            Les positions adoptées au cours d’un rapport sexuel par ordre de fréquence décroissant, 8 fois sur 10, c’est l’homme qui est dessus, la femme dessus est une position assez fréquente chez les plus jeunes (1 fois sur 2), puis on a les 2 de cotés ou l’un derrière l’autre. Le nombre de positions différentes au cours d’un même rapport se situe entre 2 et 3.

Et la masturbation ?

            90% des hommes et près de 60% des femmes ont eu au moins une expérience masturbatoire. Même si ce chiffre de 60% concernant les femmes peut paraître faible, il est certainement sous estimé et tout de même en augmentation, puisqu’en 1992, elles n’étaient que 42% à déclarer l’avoir pratiquée.

            La masturbation en tant que pratique sexuelle régulière semble surtout concerner l’homme au début de sa vie sexuelle puisque un peu plus d’un homme sur 2 la pratique régulièrement entre 18 – 24 ans alors qu’ils ne sont plus que 1 sur 5 entre 60-69 ans. Pour les femmes la masturbation régulière reste une pratique sexuelle minoritaire 18% d’entre elle et concerne surtout le milieu de vie c’est à dire entre 25 et 49 ans (un peu plus d’une femme sur 5).

La sexualité orale : fellation et cunnilingus

            La fellation est pratiquée occasionnellement par plus de 80% des couples et régulièrement par un peu plus d’un couple sur 2.

            De même le cunnilingus est une pratique occasionnelle de 85% des couples et régulière pour 60% d’entre eux, ce, quel que soit l’âge des couples.

La sodomie (pénétration anale) :

            Elle reste une pratique marginale, 37% des femmes l’ont expérimentée au moins une fois mais seulement 1 couple sur 10 la pratique régulièrement.

Au delà de ces chiffres qui ne peuvent être pris qu’à titre indicatif, il me semble utile de rappeler que la sexualité fait partie de la vie intime de chacun, qu’elle n’a rien d’obligatoire, que chacun, voire chaque couple, doit trouver l’équilibre qui lui apportera une vie sexuelle harmonieuse et épanouie. Ceci est parfois difficile pour certains et en cas de doute persistant, les conseils avisés d’un sexologue peuvent être très utiles.

Bibliographie

  1. 1 - N Bajos, M Bozon Enquête sur la sexualité en France Ed La découverte mars 2008
  2. 2 - Alfred Spira, Nathalie Bajos Enquête ACSF 1993 

Aussi disponible dans nos vidéos :

Toutes les vidéos...

Vos questions

Nos réponses


> Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la sexualité…

On en parle !

Le Sida continue à tuer les homosexuels

Les résultats de la grande enquête épidémiologique menée auprès de 5574 hommes âgés de 17 à 59 ans, et dont les premières données datent de 1988 à 199

On en parle !
Nos Publications
Sexologie Magazine Revue scientifique et référencée des professionnels de santé.
Sexualités Humaines - Revue de sexologie des professionnels de santé Revue de sexologie des professionnels de santé
> Santé Sexuelle au masculin
> Santé Sexuelle au féminin
> Le couple et la sexualité
> L'amour toujours, la sexualité des ainés
FF3S Qui sommes nous ?
On en parle !
Question/Réponses


©2011 Fédération Française de Sexologie et de Santé Sexuelle | Mentions Légales | Liens utiles | Plan du site | Contact | Média et presse