Faire l'amour toujours

Pourquoi s'intéresser aux troubles urinaires et aux problèmes d'érection chez l'homme après 50 ans ?

D’un point de vu médical, 50 ans est un âge charnière pour l’homme, c’est l’âge où peuvent apparaitre les premiers signes liés au vieillissement de l’appareil urogénital, difficultés pour uriner, levers nocturne, mictions impérieuses, difficultés d’érection ….

Ces symptômes sont souvent très mal vécus par les hommes ils marquent le début d’un changement, une évolution vers le vieillissement avec un retentissement sur leur égo qui peut être important pour certains hommes avec un sentiment de perte de virilité.  

En effet c’est généralement vers l’âge de 50 ans qu’apparaissent le plus souvent les premiers symptômes urinaires liés à une hypertrophie bénigne de la prostate(1).

L’homme commence à éprouver des difficultés pour bien vider sa vessie. Il a parfois des envies pressantes qui l’obligent à se précipiter aux toilettes. Il se lève plusieurs fois la nuit ce qui altère la qualité de son sommeil et qui réveille également son épouse. Ces symptômes urinaires gâchent la vie de l’homme mais aussi la vie du couple conduisant parfois le couple à faire chambre à part.

50 ans c’est aussi l’âge où apparaissent le plus souvent les premières difficultés d’érection, ou les capacités sexuelles se modifient peu à peu, avec une érection plus difficile à obtenir et à maintenir(2).

D’un point de vue médical on sait que ces deux syndromes ont la même explication physiopathologique c’est à dire le même mécanisme et donc, que bien souvent l’homme qui souffre de symptômes urinaires liés à une hypertrophie bénigne de la prostate a de fortes chances de présenter également des difficultés d’érection et inversement(3).

C’est pourquoi il est normal pour un médecin de questionner son patient sur ses érections quand il vient consulter pour des troubles urinaires et inversement, le patient sera interrogé sur sa fonction urinaire quand il vient consulter pour des problèmes d’érection.

Souvent, les hommes n’osent pas consulter, ils n’osent pas en parler avec leur médecin traitant car ils ne sont pas très à l’aise pour parler de leur problèmes urinaires ou de leurs difficultés d’érection et le diagnostic est fait tardivement à un stade avancé de la maladie.

Ils attendent souvent le dernier moment lorsque les symptômes urinaires se sont aggravés impactant fortement leur qualité de vie ou que les difficultés d’érection sont devenues si fréquentes que leur sexualité est compromise la relation de couple en est fortement altérée et c’est souvent la partenaire qui pousse à la consultation.

Pourtant des solutions existent, des traitements sont possibles, c’est pourquoi il vous faut en parler avec votre médecin traitant dès les premiers symptômes gênants. Votre médecin sera à même de vous proposer une prise en charge la plus adaptée à votre cas et à votre couple.

Si la maladie est très avancée, il pourra à ce moment là vous orienter vers une prise en charge plus spécialisée, par un urologue ou un médecin sexologue par exemple.

C’est parce que des solutions simples et adaptées existent, qu’il est important de consulter votre médecin traitant dès les premières gênes urinaires ou dès que les difficultés d’érections persistent  au delà de six mois, ceci afin d’éviter l’aggravation de la maladie et d’éventuelles complications.

 

 Avec le soutien institutionnel de Lilly

Références

(1) : Rosen R, Altwein J, Boyle P et al. Lower urinary tract symptoms and male sexual dysfunction : the Multinational Survey of the Aging Male (MSAM-7). Eur Urol.2003; 44:637-649

(2) : Giuliano et al: Prevalence of erectile dysfunction in France: results of an epidemiological survey conducted on a representative sample of 1004 men. Progrès en Urologie, 2002, 12, 260_267

(3) : Roupret et al: Troubles sexuels associés aux maladies de la prostate. Progrès en urologie 2012; 22:S14-S20       

 

Aussi disponible dans nos vidéos :

Toutes les vidéos...

Vos questions

Nos réponses


> Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la sexualité…

On en parle !

L’ONU contre le viol

Le rapport de l’ONU rendu public ce mercredi 6 juillet, met en évidence que 127 pays ne punissent toujours pas le viol au sein du couple.

On en parle !
Nos Publications
Sexologie Magazine Revue scientifique et référencée des professionnels de santé.
Sexualités Humaines - Revue de sexologie des professionnels de santé Revue de sexologie des professionnels de santé
> Santé Sexuelle au masculin
> Santé Sexuelle au féminin
> Le couple et la sexualité
> L'amour toujours, la sexualité des ainés
FF3S Qui sommes nous ?
On en parle !
Question/Réponses


©2011 Fédération Française de Sexologie et de Santé Sexuelle | Mentions Légales | Liens utiles | Plan du site | Contact | Média et presse