Santé Sexuelle au Féminin

En attendant bébé

Pendant la grossesse, il est bien rare pour l’équipe soignante d’aborder le thème de la sexualité.

Et pourtant! La plupart des couples se plaignent du manque d’informations et ne savent où trouver des informations sur ce sujet difficile. L’arrivée d’un enfant bouleverse la vie des futurs parents et chacun doit apprendre à écouter les désirs, les craintes de l’Autre. La grossesse, l’accouchement, le statut de mère ne signifient pas la fin de la sexualité.

Comment rester inventifs et créatifs lors de ces périodes charnières de l’existence d’une femme, d’un couple?

Toutes les femmes ne sont pas égales en libido face à la grossesse

Sur le plan psychologique toutes les femmes enceintes ne connaissent pas les mêmes émotions et vivent cette période si particulière en alternant des sentiments parfois contradictoires. Certaines peuvent se sentir épanouies, complètement libérées de tabous, loin de tout souci de contraception. Envahies par un sentiment de plénitude, leur libido s’envole ! Rassurées et totalement en confiance, elles découvriront peut être pour la première fois l’orgasme et auront franchi une étape dans leur vie de femme.

D’autres à l’inverse, auront beaucoup de difficultés à concilier en elles amour, maternité et sexualité. Pour elles, grossesse rime avec abstinence et elles n’acceptent pas l’idée qu’un corps de femme enceinte puisse être désirable.

Libido et grossesse

Le désir sexuel et son accomplissement évoluent au fil de la grossesse en passant par des phases différentes.

Le 1° trimestre

La plupart du temps, lors de la première grossesse, la fréquence des rapports sexuels a tendance à diminuer. Bouleversée par l’effet de l’annonce, la vie émotionnelle est au premier plan et fait s’apaiser le besoin sexuel du couple. Mais ce n’est pas souvent le cas des femmes qui ont déjà accouché (les multipares).

Le 2° trimestre

A ce stade de la grossesse, les futures mamans semblent plus épanouies, débarrassées des petits tracas du début de grossesse (nausées, ballonnements…). Elles avouent la plupart du temps une libido augmentée, un érotisme incitant à des nouveaux jeux sexuels, de nouvelles découvertes à deux. Pour certains couples, c’est le bonheur de moments partagés comme encore jamais auparavant.

Le 3° trimestre et les derniers jours de la grossesse

Le désir sexuel a tendance chez la plupart des femmes à diminuer, voire à disparaître. Mais quelquefois aussi, il existe un regain d’intérêt sexuel, juste avant la date présumée du terme, et pour certaines femmes, c’est un bon moyen de provoquer l’accouchement, lorsque le temps devient long et que l’on a dépassé le temps de la crainte d’accoucher prématurément.

Peut-on avoir des relations sexuelles sans contraintes pendant la grossesse?

Trop souvent, beaucoup trop souvent, l’équipe médicale qui suit la grossesse a tendance à interdire toute activité sexuelle au moindre doute, ce qui peut quelquefois être injustifié, et laisser le couple dans un grand désarroi.

Le couple face aux modifications liées à la grossesse

En début de grossesse, la fatigue, l’envie de dormir quasi-permanente ainsi que la tension presque douloureuse de la poitrine ne favorisent pas l’intérêt sexuel. La jeune femme enceinte vit de profonds changements tant dans sa tête que dans son corps. Parfois quelques désagréments, appelés aussi « signes de grossesse », qui restent passagers, perturbent beaucoup et dérangent la future maman.

Bien sûr ces changements indésirables ne concernent pas toutes les femmes mais la majorité d’entre elles préfèrent des moments de tendresse, des câlins sans pénétration car elles craignent la fausse couche et les saignements.

Cette période de courte durée paraît incontournable et il est nécessaire de la part du conjoint, de la famille et des soignants de se montrer rassurants et compréhensifs. Le partenaire peut être intimidé par ces changements, irrité par le manque d’entrain et ce besoin incessant qu’à sa partenaire de dormir.

Le dialogue entre partenaires doit permettre de conserver une intimité harmonieuse, d’exprimer ses doutes et angoisses d’un début de grossesse. Ce bébé ne doit pas séparer mais au contraire rapprocher l’Homme et la Femme dans ce projet commun et faire évoluer cette histoire d’amour.

Une consultation avec un médecin ou une sage-femme est toujours possible, prévue dans le suivi de grossesse, pour permettre à cette femme, parfois au couple si nécessaire, de poser toutes les questions qui les préoccupent sur le sujet. Cette séance s’appelle l’entretien individuel de grossesse proposé par un médecin ou une sage-femme et pris en charge à 100%.

Après les premiers mois, le climat hormonal est devenu plus stable et les signes évocateurs et parfois désagréables du début disparaissent peu à peu. Le ventre commence à s’arrondir et une harmonie se crée avec le volume de la poitrine. Enfin, la femme enceinte est repérée, reconnue socialement dans un nouveau statut, une nouvelle définition d’elle-même.

Sous l’effet des hormones qui inondent peu à peu son corps, la femme enceinte assiste à des changements qui vont embellir sa chevelure et sa peau. La future maman s’affirme et peut être rassurée quant à son pouvoir de séduction.

Cependant le désir d’une femme est variable d’une femme à l’autre. La méconnaissance et la peur de nuire à l’enfant, le désir de le protéger peuvent aussi inhiber tout désir sexuel. Pour d’autres, sous les effets des hormones de la grossesse, les modifications au niveau du ventre, du vagin, entraînent une lubrification vaginale importante et une libido inattendue. Ce sera alors pour certaines l’occasion de découvrir leur premier orgasme. Le partenaire peut alors être décontenancé et surpris par cette nouvelle femme et future mère qui affirme une sexualité accrue.

Il est important pour les futures mamans, comme pour les futurs papas de savoir qu’il n’existe aucun danger pour le bébé pendant une relation sexuelle. Il n’y a aucune raison d’interrompre les relations sexuelles au cours d’une grossesse qui se déroule normalement !

La fin de la grossesse

Le sexe féminin est modifié, parfois congestionné rendant quelquefois plus difficiles les caresses clitoridiennes. Vers la fin de la grossesse la femme supporte parfois très mal les modifications de son corps devenu trop lourd.

Elle peut avoir peur de devenir mère, peur des douleurs de l’accouchement, peur de l’épisiotomie, de la césarienne et le désintérêt sexuel peut alors disparaître totalement.

Les rapports sexuels sont alors souvent trop inconfortables pouvant parfois déclencher quelques contractions et la femme redoute l’accouchement prématuré préférant cesser définitivement toute activité sexuelle.

Il faut rappeler que la succion des mamelons entraîne une sécrétion d’hormone appelée ocytocine qui peut provoquer des contractions utérines. La plus grande prudence s’impose donc en cas de menace d’accouchement, il vaut mieux éviter pendant cette période à risque.

Le ventre imposant, le mal au dos, les jambes lourdes rendent l’acte sexuel acrobatique et pour d’autres laissent la place à une sexualité réinventée plus tendre, plus câline.

Pourtant les rapports sexuels peuvent se dérouler sans aucun risque si la grossesse se passe normalement. Et cela jusqu’à la fin, jusqu'à derniers jours.

Précautions

En cas d’infection urinaire il est inutile de se protéger lors du rapport sexuel mais le risque existe en cas de contamination au virus de l’herpès ou du virus VIH et aussi en cas de prostatite chez le partenaire.

Contre-indications médicales

Cependant des raisons médicales interdisant l’activité sexuelle existent bien et la plus grande prudence s’impose pour mener cette grossesse à terme ; voici une liste et n’hésitez pas à demander conseil en cas de doutes :

  • menace d’accouchement prématuré sévère-col ouvert et raccourci-vaginose bactérienne.
  • rupture prématurée de la poche des eaux-placenta très bas inséré-grossesse gémellaire.

Futur papa et sexualité

Les hommes sont, tout autant que leurs compagnes, demandeurs d’informations sur la sexualité pendant la grossesse, mais ont souvent du mal à aborder le sujet le premier avec un professionnel de santé.

Le partenaire peut être intimidé par les changements physiques et psychologiques de sa moitié. Parfois c’est lui qui refusera toute idée de rapport sexuel car il a des craintes, peur de faire mal à son bébé ou à sa femme. Ce comportement est touchant mais il faut savoir si cette attitude ne provoque pas chez l’autre un sentiment d’abandon, la femme se sent laide et grosse et reste persuadée qu’elle n’est plus séduisante aux yeux de son amoureux.

Le futur papa doit se montrer patient et compréhensif, tendre et rassurant face au profond changement de sa vie à deux. Le couple doit accepter à deux l’idée d’un nouvel être, de s’inscrire dans un nouveau projet de vie.

Les périodes d’abstinence doivent très vite être remplacées par des moments de tendresse, des câlins réinventés, des positions aménagées pour relancer la libido.

L’orgasme peut être accompagné de contractions utérines différentes de celles de l’accouchement, sans risque donc pour le bébé mais très relaxantes et bénéfiques pour la maman améliorant au contraire sa respiration et sa détente.

Sécheresse vaginale

Question rarement posée à la femme enceinte et pourtant 30% des femmes en souffrent. Cela est dû à un bouleversement hormonal qui entraîne une fragilité de la muqueuse vaginale qui devient de plus en plus fine.

En cas d’irritation à la pénétration ou à cause des mouvements du pénis n’hésitez pas à utiliser un gel ou une crème lubrifiante adaptée sans parfum ni colorant et évitez les recettes dites « maison »…..

Utilisez aussi un savon adapté pour l’hygiène intime et préférez les douches aux bains.

La flore intestinale et vaginale risque d’être perturbée pendant la grossesse et doit être rééquilibrée afin d’éviter les mycoses récidivantes et l’utilisation de médicaments.

Pensez à demander conseils et à utiliser des pro-biotiques.

Accueillir la grossesse et savoir rester femme en devenant mère

La sexualité reste tout à fait possible lors d’une grossesse normale ; il faut la modifier, la recréer, la découvrir différemment. La femme doit apprendre à découvrir et à accepter les modifications de son corps. Pour certaines ce sera une période très érotique, pour d’autres une longue période d’abstinence.

Dialogue et tendresse permettent de vivre cette magnifique aventure très forte émotionnellement. Tous les substituts de l’amour sont autorisés dans la mesure où ils respectent l’intimité, le désir et l’envie de chacun. Le couple est libre de recréer sa sexualité et de l’interrompre à tout moment sans besoin de se justifier de quoique ce soit.

L’obstétricien et la sage-femme restent disponibles pour répondre aux questions en toute simplicité et doivent s’assurer que les femmes enceintes sont dans un état de bien-être sexuel puisqu’il semble participer à l’accueil de l’enfant.

Pour aller plus loin, nos lectures conseillées

Plusieurs blogs et sites à découvrir

Quelques livres conseillés

Des produits amusants:

 

Vos questions

Nos réponses


> Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la sexualité…

On en parle !

Malaise après l’éjaculation?

L’équipe Néerlandaise du Dr Waldinger nous en apprend un peu plus sur le très mystérieux syndrome de malaise post-éjaculatoire.

On en parle !
Nos Publications
Sexologie Magazine Revue scientifique et référencée des professionnels de santé.
Sexualités Humaines - Revue de sexologie des professionnels de santé Revue de sexologie des professionnels de santé
> Santé Sexuelle au masculin
> Santé Sexuelle au féminin
> Le couple et la sexualité
> L'amour toujours, la sexualité des ainés
FF3S Qui sommes nous ?
On en parle !
Question/Réponses


©2011 Fédération Française de Sexologie et de Santé Sexuelle | Mentions Légales | Liens utiles | Plan du site | Contact | Média et presse